Nous avons une stratégie solide et crédible avec des objectifs concrets et des effets tangibles.

Le développement durable chez Micarna 2019

Pour le Segment I, le développement durable signifie que les aspects écologiques, sociaux et économiques sont placés au même niveau dans le quotidien des entreprises. Nous voulons assumer nos responsabilités - envers les hommes, la nature et l'environnement.

Le Segment I fonde cette interprétation sur le modèle tridimensionnel classique:

 

Dimensionen der Nachhaltigkeit

Dans la conduite quotidienne de nos affaires, nous mettons en place et pilotons des systèmes sociaux afin de convertir des ressources en avantages pour nos clients et d’augmenter la valeur d’entreprise. Nous sommes guidés par les principes suivants :

•    Nous visons une amélioration continue dans le domaine du développement durable. 
•    Nous utilisons un système de gestion systématique du développement durable selon les normes de certification ISO 14001. 
•    Tous les collaborateurs peuvent contribuer à l’efficacité de notre système de gestion dans le cadre de leur environnement de travail. 
•    Nous nous conformons aux réglementations environnementales et autres engagements de ce type envers nos partenaires. 
•    Nous ne visons pas le maximum dans l’immédiat mais priorisons un optimum à long terme. 
•    Nous nous fixons des objectifs ambitieux dans le long terme et les mettons en oeuvre progressivement et systématiquement. 
•    Nous voulons être jugés sur nos objectifs et soignons la transparence. 

 

Notre stratégie de développement durable

En tant qu’entreprise du Groupe Migros et de la M-Industrie, Micarna base sa stratégie de développement durable sur celles de ces deux entités; ces stratégies sont donc largement compatibles.

Comme la part de notre chiffre d’affaires réalisé grâce à des clients extérieurs à Migros ne cesse de croître, la stratégie de développement durable de Micarna doit aussi refléter les besoins de ces tiers. C’est pourquoi notre stratégie cible les besoins de tous nos clients.

Mais comment définissons-nous les frontières du système? Quels sont les thèmes les plus pertinents du point de vue de la durabilité? Quelles sont nos thématiques prioritaires? Et envers qui nous sentons-nous responsables? Pour répondre à ces questions, les frontières du système ont été discutées, les parties prenantes précisées et les champs d’action définis.

Pour Micarna, le développement durable se doit d’être mis en œuvre dans un système aux frontières larges. Les interdépendances sont si nombreuses qu’il est nécessaire de prendre en compte toute la chaîne de valeur. Conformément à cette logique, nous assumons une co-responsabilité pour les opérations se déroulant en amont et en aval de notre champ d’activités. Micarna prend ses responsabilités tout au long de la chaîne de valeur, depuis la culture et l’approvisionnement en matières premières jusqu’à la consommation et au recyclage en passant par la production et le commerce dans l’entreprise. 


Dans l'idéal, la chaîne de valeur forme un flux de matières et d’énergie qui comprend la revalorisation intégrale de tous les éléments. Micarna privilégie ainsi dans la mesure du possible les cycles écologiques fermés. Le schéma simplifié ci-après est basé sur ce modèle circulaire pour compléter notre conception du développement durable.

 

NH-Wertschöpfungskette

 


Les parties prenantes désignent l’ensemble des acteurs concernés de quelque manière que ce soit par la création de valeur ainsi que l’impact négatif éventuel de l’entreprise. Les parties prenantes du Segment I peuvent être divisées en deux groupes:

  • Les parties prenantes directement concernées par nos activités commerciales tout au long de la chaîne de valeur, ou ayant un impact direct sur ces activités.

  • Les parties prenantes indirectement concernées par nos activités commerciales et qui ont des exigences sociales ou sociétales envers nous.

Anspruchsgruppen

 

Le développement durable est un concept qui exige de prendre en compte les besoins des parties prenantes dans les trois dimensions que sont la société, l’environnement et l’économie, pour la population actuelle comme pour les générations futures. L’enjeu consiste notamment à trouver un équilibre entre les besoins variés et parfois contradictoires des parties prenantes. Ainsi, les agriculteurs aspirent à obtenir un prix maximal associé à un minimum d’obligations coûteuses, tandis que les consommateurs veulent un prix bas mais aussi des performances de durabilité maximales. Même s’il ne peut concilier des intérêts aussi divergents, le Segment I peut au moins favoriser la compréhension mutuelle. 


Le dialogue direct et l’implication des parties prenantes restent le choix privilégié pour identifier les exigences des uns et des autres. Micarna réalise ainsi des sondages auprès de ses collaboratrices et collaborateurs pour identifier leur degré de satisfaction et leurs besoins. Les collaboratrices et collaborateurs peuvent aussi apporter leurs propres idées et suggestions dans le cadre du management des idées mis en place en interne, ou discuter de leurs préoccupations avec la commission du personnel qui rencontre la direction deux fois par année. Les relations avec les parties prenantes, par exemple avec un fournisseur ou un client, s’inscrivent idéalement dans une optique de long terme et de stabilité, ce qui est avantageux pour les deux parties, qu’il s’agisse d’assurer l’approvisionnement en matières premières ou en produits ou de garantir des qualités spécifiques. Le Segment I rencontre au moins une fois par année les acteurs des communes et cantons accueillant nos sites et maintient aussi un contact régulier avec les ONG.

 
Les consommateurs occupent bien entendu une position centrale parmi les parties prenantes. Leurs attentes évoluent constamment. Le programme de fidélisation des consommateurs mis en place par notre maison-mère nous fournit une idée assez précise des préférences et priorités de nos consommateurs ainsi que de l’évolution de celles-ci au fil du temps. Différents portails (en ligne ou par téléphone) permettent aux consommateurs de poser leurs questions et de communiquer leurs préoccupations. Les réponses peuvent être communiquées directement, et en même temps les grandes questions animant le débat public sont révélées. Ses questions peuvent ensuite être abordées sur les différents canaux de communication.


Le présent rapport de développement durable est le résultat d’une gestion active des parties prenantes qui a permis de constater que divers acteurs s’intéressent à nos performances actuelles en matière de développement durable et aimeraient obtenir des informations plus détaillées à ce sujet. 

Le sounding board bien-être animal est une autre initiative née de notre gestion des parties prenantes. Présidé par Albert Baumann, CEO de Micarna, le sounding board bien-être animal aborde de façon proactive divers aspects du bien-être animal. Parmi les membres de cet organe figurent notamment des experts de la protection des animaux, de la branche, de la recherche, ainsi que des représentants des autorités ou encore de la protection des consommateurs. L’objectif consiste à améliorer la question du bien-être animal tout au long de la chaîne de valeur, en prenant en compte les progrès technologiques, les connaissances issues de la recherche et les exigences sociétales.

Pour pouvoir faire avancer la durabilité au sein de la chaîne de valeur et identifier les leviers d’action, il faut d’abord connaître les principaux enjeux et thèmes. Des champs d’action prioritaires ont ainsi été définis pour chacune des dimensions du développement durable. Les champs sélectionnés sont ceux qui sont pertinents du point de vue scientifique comme de celui des parties prenantes, et qui contribuent le plus à la durabilité au sein du Segment I et en particulier aux objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies. Le chapitre Agenda 2030 fournit plus de détails sur notre contribution aux ODD. 


Nous sommes conscients du fait que d’autres thèmes mériteraient aussi d’être pris en considération. Au vu de l’exigence d’une orientation stratégique, nous estimons toutefois qu’une focalisation sur les champs d’action les plus importants s’impose.


Nous puisons au cœur de ces champs d’action les fondements de nos objectifs sur la voie d’un développement plus durable. Selon notre conception du développement durable, ces domaines d’action sont pertinents tout au long de la chaîne de valeur et doivent être pris en compte dans la définition de nos objectifs.

 

Zentrale Aktionsfelder

 

Depuis l’adoption en 2015 des Objectifs de développement durable par les Nations Unies, les 17 objectifs et leurs 169 cibles, ou sous-objectifs, sont la base des actions visant à assurer un développement durable sur les plans économique, environnemental et social. L’analyse de l’ensemble de la chaîne de valeur réalisée dans le cadre de l’élaboration de la stratégie de développement durable de Micarna a permis d’identifier les aspects ayant un impact majeur sur les ODD. Grâce à cette démarche, nous sommes sûrs que nos champs d’action et nos objectifs contribuent à la réalisation de l’agenda 2030. 


Dans le cadre de notre chaîne de valeur, notre impact est particulièrement important sur les ODD suivants:

 

Sustainable Development Goals

 

Objectif 2) Assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable

Objectif 4) Assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie

Objectif 5) Parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser toutes les femmes et les filles

Objectif 6) Garantir l’accès de tous à l’eau et à l’assainissement et assurer une gestion durable des ressources en eau

Objectif 8) Promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous

Objectif 12) Établir des modes de consommation et de production durables

Objectif 13) Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions

Objectif 14) Conserver et exploiter de manière durable les océans, les mers et les ressources marines aux fins du développement durable

Objectif 15) Préserver et restaurer les écosystèmes terrestres, en veillant à les exploiter de façon durable

 

Les moyens par lesquels nous exerçons une influence concrète sur les ODD peuvent être vus dans l'aperçu de nos objectifs de développement durable. Nous indiquons également si notre influence pour l'année du rapport a été positive, négative ou neutre. Pour ce faire, nous nous basons sur l'évolution de chacun de nos objectifs de développement durable par rapport à l'année précédente. Si nous nous sommes améliorés dans un domaine par rapport à l'année précédente, notre contribution aux ODD pour l'année du rapport est positive. En cas de détérioration, un effet négatif sur les ODD est constaté.

Sur la base des champs d’action établis tout au long de la chaîne de valeur, des objectifs ambitieux mais néanmoins réalistes et réalisables ont été définis pour 2020. En tout, Micarna s’est fixée 39 objectifs:


Sauf mention contraire, les valeurs de référence pour les objectifs sont toujours celles de 2011. Les objectifs actuels ont pour horizon 2020. Ils seront ensuite redéfinis tous les cinq ans, comme le montre la figure ci-dessous. 

 

Rhythmus Zielformulierung

 

Au sein de Micarna, une personne responsable est désignée pour chacun des objectifs, et chaque objectif est basé sur un plan d’actions. Les objectifs sont déclinés en objectifs individuels pour les fonctions et niveaux pertinents de l’entreprise (objectifs à atteindre en équipe ou individuellement, par exemple) afin de concrétiser leur réalisation.


Une vérification est effectuée au sein de l’entreprise au moins deux fois par an. Si les objectifs annuels ne sont pas atteints, les responsables désignés définissent avec l’équipe dédiée au développement durable des actions correctives permettant de les atteindre.

Vision 2040

Outre les objectifs, qui sont pour Micarna des jalons autant ambitieux que réalistes et faisables, des visions ont été définies à l’horizon 2040. Ces visions avant-gardistes servent de «phares» pour guider nos orientations à long terme. Leur mise en œuvre n’est peut-être pas encore imaginable, ou nécessiterait des avancées technologiques. Mais nous en avons besoin pour notre plan de développement à horizon glissant et pour l’évaluation des demandes d’investissement, car les décisions dont les effets peuvent perdurer au-delà de 2020 doivent être en adéquation avec notre stratégie de développement durable. Nos trois principales visions sont:

  • 100% de matières premières durables
  • 100% de recyclage
  • 100% d’énergies renouvelables

Notre gestion du développement durable

La gestion du développement durable de Micarna s’inscrit dans le système global de gestion du développement durable mis en place par la M-Industrie pour poursuivre activement et systématiquement sa stratégie en la matière. Partie intégrante de ce système de gestion global, la gestion du développement durable du Segment I est dûment documentée et mise en œuvre conformément à la stratégie du groupe en matière de durabilité. Cette gestion se fonde sur un système de management environnemental certifié ISO 14001:2015. 

ISO Zertifizierung 14001

Enrichi d’aspects sociaux et économiques, notre système de management environnemental certifié nous permet:

  • de satisfaire les exigences légales et obligations contraignantes en matière d’environnement;
  • de réduire les risques environnementaux;
  • d’améliorer en permanence notre performance environnementale.

 

Les processus de gestion et de suivi mis en place dans ce cadre sont utilisés pour atteindre les objectifs environnementaux, mais aussi l’ensemble des objectifs de développement durable.

Nous réalisons une analyse des risques environnementaux pour chacun de nos sites et définissons des actions préventives de protection afin d'identifier, d'évaluer et de prévenir les événements ayant des impacts néfastes sur l’environnement. Tous les ans, nous vérifions l’exhaustivité et l’actualité de cette analyse pour compléter nos connaissances et renforcer nos actions si nous constatons des lacunes.

Déclinée en champs d’action, objectifs et visions, la stratégie de développement durable de la M-Industrie constitue le cadre auquel toutes les sociétés du Segment I doivent se conformer. Ces sociétés sont néanmoins libres de définir les actions les mieux adaptées pour atteindre les objectifs visés au sein de leur entreprise. Elles peuvent aussi ajouter d’autres objectifs spécifiques à leur entreprise. 


Le Segment I de pilotage développement durable, qui se réunit au moins trois fois par an, est chargé de mettre en œuvre et de faire évoluer cette stratégie. Tous les segments y sont représentés, en la personne d’un membre de la direction ou du responsable du développement durable. Le responsable du Segment I de pilotage rend compte au moins deux fois par an à la direction de l’industrie, l’instance la plus élevée de la M-Industrie, des progrès réalisés dans l’atteinte des objectifs. Ce suivi régulier comprend les chiffres clés et une évaluation qualitative des progrès réalisés. Il revêt une importance capitale pour l’atteinte des objectifs visés à l’horizon 2020 puisqu’il permet d’identifier au plus tôt les éventuelles failles et de lancer les actions correctives appropriées.

Pour être efficace, la gestion du développement durable doit être une réalité vécue par les collaboratrices et collaborateurs. Il est de ce fait très important d’ancrer dans l’entreprise la responsabilité de sa mise en œuvre. 


Le délégué au développement durable du Segment I veille, au sein de la direction, à l’ancrage du développement durable dans la politique générale de l’entreprise et à l’atteinte des objectifs fixés. Le responsable du développement durable est chargé de mettre en œuvre, sur le fond comme sur la forme, les objectifs visés et le système de gestion, en collaboration avec son équipe et le groupe de pilotage du développement durable, composé d’un représentant par Business Unit et par fonction.


Chaque site a en outre sa propre équipe développement durable, composée de responsables techniques de divers départements, pour mettre en œuvre les actions définies. 

 

Organigramm NH Micarna.jpg

 

La stratégie de développement durable s’applique à toutes les sociétés du Segment I, en Suisse comme à l’étranger. Elle sert de cadre aux activités de toutes les entreprises. Il est prévu d’étendre le système de gestion du développement durable à tous les sites pertinents du point de vue environnemental. Les entreprises et sites nouvellement acquis adoptent à leur tour la stratégie du développement durable et sont intégrés au système de gestion du développement durable selon ISO 14001 dans les cinq années suivant leur acquisition. 
Les entreprises suivantes sont intégrées à la gestion du développement durable et certifiées ISO 14001 depuis le 31 décembre 2019:

 

  • Micarna SA (fonctions essentielles et majorité des sites)
  • Rudolf Schär AG
  • Favorit Geflügel AG
  • Lüchinger + Schmid AG

Télécharger le certificat ISO14001 au format pdf


L’entreprise ci-dessous n’entre pas encore dans le champ d’application de cette gestion. Son intégration est prévue dans les années qui suivent :

  • Mérat & Cie SA  (certification en préparation)

À propos de ce rapport

S’adressant, de par son contenu, en premier lieu aux professionnels et aux experts en développement durable, le présent rapport privilégie une présentation factuelle, actuelle et transparente. Nous évoquons ainsi en priorité les aspects de notre activité qui ont des répercussions considérables sur l’environnement, l’économie ou la société. Il nous tient cependant à cœur de donner un aperçu le plus complet possible de nos performances en matière de développement durable. Nous veillons en outre à dresser un bilan équilibré qui montre non seulement ce que nous avons accompli, mais aussi ce qu’il nous reste à faire.

Nous avons pris comme point de départ les aspects qui sont essentiels pour la M-Industrie. Ces aspects ont été identifiés comme suit:

 
Sur mandat du Segment I de pilotage développement durable, tous les aspects mis en avant par la Global Reporting Initiative (y compris ceux relevant des standards du secteur de la transformation des aliments) ont été évalués au regard de leurs effets et de leur importance pour les parties prenantes, sur la base de critères prédéfinis. L’évaluation de l’importance pour les parties prenantes s’est basée en particulier sur des retours d’expérience, des informations issues de notations externes, des publications par des organes de presse ou des ONG, des contacts directs avec des parties prenantes qui ont eu lieu dans le cadre de demandes, de projets ou autre. Les aspects ayant à la fois un impact fort et un niveau d’importance élevé pour les parties prenantes ont été classés comme matériels. En revanche, les aspects n’ayant ni un impact fort ni un niveau d’importance élevé pour les parties prenantes ont été classés comme non matériels pour la M-Industrie. La comparaison avec les champs d’action définis dans le cadre de la stratégie de développement durable a montré que tous les aspects matériels peuvent être affectés à un champ d’action.


Dans une deuxième étape, l’analyse de matérialité réalisée par la M-Industrie a été examinée pour vérifier si des aspects classés comme matériels ne le sont pas pour Micarna (par ex. la corruption, une petite partie seulement des matières premières provenant de pays à risque), ou s’ils sont si importants pour Micarna qu’il convient de les classer comme matériels (par ex. le bien-être animal).

La présentation ci-après illustre notre analyse de matérialité (sous forme de graphique):

 

Wesentlichkeitsanalyse

Aspects 1: Les enjeux ayant à la fois un impact fort et une importance élevée pour les parties prenantes ont été classés comme enjeux pertinents par Micarna, et il en sera rendu compte.

Aspects 2: Les enjeux  ayant soit un impact fort, soit une importance élevée pour les parties prenantes ne seront pas pris en compte par Micarna dans ce rapport.

Les  enjeux  n’ayant ni un impact fort ni une importance élevée pour les parties prenantes ne figurent pas dans ce graphique.

Ce rapport couvre en principe les aspects de développement durable de l’ensemble du Segment I, notamment en ce qui concerne les informations générales. Comme toutes les filiales n’ont pas encore été intégrées à la gestion du développement durable, il n’est pas possible de rendre compte de tous les chiffres clés pour l’ensemble du segment. L’index GRI renvoie systématiquement au champ d’application du chiffre clé ou de l’indicateur en question. Cette façon de faire permet de mettre en évidence de façon claire et transparente à quoi se réfère concrètement chaque information donnée. Nous distinguons ici en particulier trois champs d’application:

  • Applicable à l’ensemble du Segment I Viande, Volaille, Poisson et œuf 
  • Applicable aux entreprises intégrées à la gestion du développement durable
  • Applicable à Micarna SA

Le présent rapport a été rédigé conformément aux standards GRI (option «critères essentiels»).

Les données et chiffres clés présentés dans ce rapport se réfèrent à 2019; dans certains cas, des données de l’année précédente sont aussi prises en compte à titre d’illustration. Les informations en matière de stratégie, de politique ou de procédure se réfèrent à 2019 mais s’appliquent aussi au-delà.

Le présent rapport n’a pas fait l’objet d’une révision externe.

Responsabilité globale

Micarna SA

Raphaela Brand, Responsable développement durable

 

Contact

nachhaltigkeit@micarna.ch

 

Adresse du siège principal

Route de l'Industrie 25

P.O. Box 136

CH-1784 Courtepin

+41 (0)58 571 81 11

info@micarna.ch